facebooktwitter  English
La Contemporaine
  • 1914 / 1918
    La Grande Guerre
    Constitués dès août 1914, les fonds de La contemporaine sur la Grande Guerre forment une des plus importantes collections mondiales sur le sujet.  Plus d’un million de documents sont conservés et, pour une partie d’entre eux, accessibles via L’Argonnaute.
    Pouzargues, Lucien P. Craonne, 1917. Peinture réalisée en 1938. © Pouzargues
  • 1914 / 1918
    La Grande Guerre
    Constitués dès août 1914, les fonds de La contemporaine sur la Grande Guerre forment une des plus importantes collections mondiales sur le sujet.  Plus d’un million de documents sont conservés et, pour une partie d’entre eux, accessibles via L’Argonnaute.

    Anonyme, Alerte au gaz avec le Klakson, Positif stéréoscopique sur plaque de verre [1914-18].
  • 1936 / 1939
    La Guerre d'Espagne
    Un thème central dans les collections de La contemporaine sur l’Espagne contemporaine (imprimés, archives, photographies, affiches, dessins) : propagande nationaliste et républicaine, mobilisation internationale (Brigades), exil républicain, mémoires de la guerre et de l’exil.
    Gabriel Ersler, Infirmiers du 1er bataillon de la XIIIe Brigade Internationale devant l'infirmerie, Espagne, Près de Fayon. Avril 1938.
  • 1936 / 1939
    La Guerre d'Espagne
    Un thème central dans les collections de La contemporaine sur l’Espagne contemporaine (imprimés, archives, photographies, affiches, dessins) : propagande nationaliste et républicaine, mobilisation internationale (Brigades), exil républicain, mémoires de la guerre et de l’exil.
    Marti Bas del SDP, Defensar Madrid es defensar Catalunya.UGT [1936-1939] © Marti Bas
  • 1939 / 1945
    La Seconde Guerre mondiale
    Les milliers d’objets, de photographies, d’œuvres d’art, d’affiches, de tracts, de journaux, d’archives privées sur la Seconde Guerre mondiale donnent un éclairage unique et inédit sur la résistance, l’occupation, la collaboration, la déportation et les opérations militaires en France et en Europe.
    René Gendre, Paris libérée, 26 août 1944. © Gendre
  • 1939 / 1945
    La Seconde Guerre mondiale
    Les milliers d’objets, de photographies, d’œuvres d’art, d’affiches, de tracts, de journaux, d’archives privées sur la Seconde Guerre mondiale donnent un éclairage unique et inédit sur la résistance, l’occupation, la collaboration, la déportation et les opérations militaires en France et en Europe.
    Affiche officielle américaine, "Let's all fight, buy war bonds", 1942.
  • Décolonisation
    Les collections de La contemporaine couvrent les guerres d’indépendance des anciennes colonies européennes, particulièrement la guerre d’Algérie (photographies, archives d’avocats…).
    Affiche du PSU, "Les jeunes en ont assez. Avec eux, contre la guerre d'Algérie", France [1960-1962].
  • Décolonisation
    Les collections de La contemporaine couvrent les guerres d’indépendance des anciennes colonies européennes, particulièrement la guerre d’Algérie (photographies, archives d’avocats…).
    Elie Kagan, [Jeunes à Beni Yenni, Kabylie], Algérie 1963 © BDIC/Kagan.
  • Migrations et exils
    Histoire des migrations économiques et surtout politiques vers la France (presse de l’immigration, archives orales, etc.) : décolonisation, fuite devant la guerre, exil d’opposants aux régimes autoritaires, réseaux de solidarité, mémoires de l’exil.
    Monique Hervo, Bidonville de la Folie, Nanterre, S.d.[1961-1969] © Hervo.
  • Pays de l'Est
    Un tiers des collections et de la couverture linguistique est consacré à cette aire sujette à de nombreux bouleversements : fonds uniques d’affiches, d’archives de l’émigration russe, d’histoire orale et de presse informelle.
    William Daniels, Manifestation contre le président Kourmanbek Bakiev, Bichkek, Kirghizistan, mars 2009. © Daniels
  • Pays de l'Est
    Un tiers des collections et de la couverture linguistique est consacré à cette aire sujette à de nombreux bouleversements. On notera particulièrement des fonds uniques d’affiches, d’archives de l’émigration russe, d’histoire orale et de presse informelle.
    Affiche à la gloire de l'Armée rouge, Russie, 1921.
  • Mouvements politiques et sociaux
    Sources et bibliographie critique sur les idéologies politiques (communisme, fascismes, anarchisme…) et les mouvements politiques et sociaux (syndicalisme et mouvement ouvrier, féminisme…) qui traversent l’histoire du 20ème siècle.
    Jean Pottier, Manifestation contre la guerre du Viêt Nam, Paris, 21 octobre 1967 © Pottier.
  • Mouvements politiques et sociaux
    Sources et bibliographie critique sur les idéologies politiques (communisme, fascismes, anarchisme…) et les mouvements politiques et sociaux (syndicalisme et mouvement ouvrier, féminisme…) qui traversent l’histoire du 20ème siècle.
    Front des artistes plasticiens, Regroupées les femmes peuvent lutter, [1968-1970].
  • Conflits contemporains
    Guerres de décolonisation, de Corée et du Vietnam, conflit israélo-arabe, conflits du Golfe persique, guerres civiles, crimes de guerre et génocides font l’objet d’une veille documentaire constante et d’une collecte de sources de tous types.
    Emmanuel Ortiz, Soldats courant sur la rive ouest de la  rivière Una, Bosanska Krupa (Bosnie-Herzégovine),septembre 1995. © Ortiz
  • Conflits contemporains
    Guerres de décolonisation, de Corée et du Vietnam, conflit israélo-arabe, conflits du Golfe persique, guerres civiles, crimes de guerre et génocides font l’objet d’une veille documentaire constante et d’une collecte de sources de tous types.
    Erro, Khomeyni, © ADAGP Paris 2015.
  • accueil international 3
    Relations internationales
    Des origines de la Grande Guerre à la guerre froide et aux développements les plus récents, des dizaines de milliers de livres, revues, fonds d’archives, sources diplomatiques et juridiques, supports de propagande…
    Jean Pottier, Manifestation pro-Kurde, Paris, 16 avril 1991 © Pottier.
  • accueil international 5
    Relations internationales
    Des origines de la Grande Guerre à la guerre froide et aux développements les plus récents, des dizaines de milliers de livres, revues, fonds d’archives, sources diplomatiques et juridiques, supports de propagande…
    Affiche contre la Guerre du Vietnam réalisée our le Comité de mobilisation étudiant, Rhodes Island [1963/1975].
  • Droits de l'Homme
    Presse et archives documentent la violation et la défense des droits de l’homme, conséquences des guerres, révolutions et dictatures : fonds de la Ligue des Droits de l’Homme et de la CIMADE, dictatures latino-américaines, archives d’avocats…
    Marcelo Montecino, "Où sont-ils?" Manifestation des proches des disparus. Santiago, Chili, 1988. © Montecino
  • Droits de l'Homme
    Presse et archives documentent la violation et la défense des droits de l’homme, conséquences des guerres, révolutions et dictatures : fonds de la Ligue des Droits de l’Homme et de la CIMADE, dictatures latino-américaines, archives d’avocats…
    Rafael Enriquez, South Africa, OSPAAAL, 1983. © Enriquez.
CONSULTER LES COLLECTIONS
rubio_bd3

Pour en savoir plus


Nicolás Rubió à La contemporaine

- Exposition au Centre d'études catalanes
Les 60 tableaux reproduits dans cette exposition virtuelle sont exposés du 20 mai au 10 juin 2010 au Centre d'études catalanes, 9 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris.

Plaquette de l'exposition


- Documents consultables à la bibliothèque
Rubió, Nicolas. [Recueil. Nicolas Rubió. Documents divers] / 1985-2008. Argentine : Ed. divers ; 1991-2008. 13 pièces ; [Formats divers]
Contient : , conte d`Arsène Vermenouze, dessins de Nicolas Rubió; , de Nicolas Rubió; Deux photographiesannotées de la main du peintre : reproductions de tableaux se trouvant dans les mairies d`Ytrac et de Salers (Cantal); , de Nicolas Rubió; (1997); ; ; Dépliants : "Nicolas Rubió le invita a la Fiesta en Van Riel" (exposition 15-08 - 9-09-2000); ; ; Définition de l`Auca (ou Aleluya) dans le dictionnaire Espasa Calpe; Nicolas Rubio: un peintre argentin et l'Auvergne (Clermont-Ferrand : Bibliothèque municipale et interuniversitaire, Centre Henri Pourrat ; 1985)
10455159
Cote : F delta 2139


Transports d'àmbit local: reptes de futur. Cicle de conferències i exposició / maig-juliol 2001. Recordant l'enginyer Santiago Rubió i Tudurí. Barcelona : Enginyers Industrials de Catalunya, Associació/Col.legi ; 2002
Cote : O piece 57757


- Documents consultables dans la bibliothèque numérique de La contemporaine
- Auca del home que escampava la boira. 48 images
- L'home que escampava la boira. 12 images
- Cuadernos del exilio. De Barcelona à Céret à l'Auvergne. 119 images

Des tableaux et livres-objets de Nicolás Rubió sont conservés à la Bibliothèque Communautaire et Interuniversitaire de Clermont-Ferrand.
rubio_bd1

Exil en Argentine

Pour lui, la France fut une seconde patrie. Il se sentait au service du pays comme il avait été au service de la Catalogne. (…) Puis nous sommes venus en Argentine. Peu de temps après notre arrivée, on lui commanda un funiculaire pour l’Université de Tucuman. D’après les connaisseurs, il fallait faire un tunnel. Et un tunnel coûte cher. Pour lui, gaspiller l’argent de sa troisième patrie était un péché. Il demanda à ce qu’un défricheur équipé d’une machette l’accompagne dans la forêt pour « chercher une solution ». Avait-il besoin du machetero ? Ou était-ce son dernier rêve à la Jules Verne : la fraternité de la science et du peuple ? Résultat : il proposa de faire un funiculaire à coude. Je ne sais pas si c’est à cause du funiculaire à coude (…), de sa manie peu partagée de ne pas gaspiller l’argent (…), mais « on le remercia pour les services rendus ». Le funiculaire reste encore sans concrétisation. (…)

Il se mit à écrire des articles. Il y faisait preuve d’une curieuse clairvoyance. Enfermé dans son réduit (toujours sans fenêtres), il voyait ce que d’autres ne voyaient pas. Bientôt il écrivit pour des revues argentines et nord-américaines. Un article sur les transports souterrains lui valut un poste au Métro de Buenos Aires. Deux stations de cette ville sont son œuvre. (…) Il imagina des transports aériens suspendus par le haut. (…) Pour convaincre les autorités de l’avantage des wagons suspendus, il avait dans sa poche un dessin (fait par lui) d’un lapin porté par les oreilles. Ce fut sa «période lapin». (…)

Peu à peu, le monde extérieur commença à le désenchanter. Personne ne lui donnait le prix Nobel. Personne ne prenait au sérieux l’affaire du lapin. (…) Je fus témoin jour après jour de son combat impossible. Un jour je l’emmenai au cinéma ; on y donnait un film policier sur le prix Nobel. Il regarda avec une grande attention les détails de la cérémonie. Je ne sais pas si la pompe de la cérémonie le fatigua. Ou bien si, réellement, il vécut la remise du prix. Il sortit du cinéma avec un sourire. Et on ne l’entendit plus parler du prix Nobel. Je crois que ce jour-là il l’avait reçu, non de la main du roi de Suède, mais de celle d’un pizzaïolo de la rue Lavalle. Pour un rêveur, c’était la même chose.

Et ici, comme là-bas, il suivait toujours ses principes de responsabilité sociale. Pendant un carnaval, de beaux messieurs jetaient des pétards. Faire du bruit ? Faire du mal à quelqu’un ? Il s’approcha d’eux et leur dit d’un ton sans réplique : « donnez-moi ça ! » Les deux messieurs lui donnèrent les pétards. Et il jeta le tout dans une bouche d’égout.
Crédits

Les reproductions des tableaux, du cahier d'enfance et des portraits photographiques sont mises en ligne avec l'aimable autorisation de Nicolás Rubió.

Textes par rubriques

"Hommage narratif" : Nicolás Rubió. Sélection et traduction : Cécile Tardy
Texte mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur.

"L'Exil républicain" : Geneviève Dreyfus-Armand
"Peintre, écrivain, cinéaste", "Qu'est-ce qu'une Auca ?", "Eparpiller le brouillard" : Eliseo Trenc
"Accueil", "De la Catalogne à l'Auvergne", "Santiago Rubió i Tudurí", "L'Auca par Nicolás Rubió" : Cécile Tardy


Conception graphique et réalisation

Carré multimédia : Alexandre Tougne, Charlotte Collier et François Pignet
BDIC : Cécile Tardy


Mentions légales

Ce dossier thématique relève de la législation française sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle.
Les œuvres reproduites dans ce dossier sont soumises au droit d'auteur.

Tout usage public des images est soumis à l’autorisation préalable de l’auteur et à acquittement des droits d’auteur, ainsi qu'à l'autorisation de la BDIC.

Il est interdit de modifier les œuvres sans l’accord explicite de l’auteur.


Rappel sur les droits d'auteur

"Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des paragraphes 2° et 3° de l'article L122-5, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que "les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information", toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art; L122-4).

Tout représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constituera donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle."




rubio_home
rubio_bd1

L'Auvergne


Ensuite nous poussâmes jusqu’au centre de la France, jusqu’au petit village de Vielles, parce qu’on craignait une intervention de Franco dans le sud de la France. Le fait d’être sans travail finit par le mortifier. Il alla à la préfecture du Cantal et dit au préfet : « la France a accordé la légion d’honneur à mon père, peut-être pourrait-elle offrir un poste à son fils ? » Ainsi, pour la grande satisfaction de tous, il devint soudainement géomètre au barrage de Saint Etienne Cantalès. Mais pour la première fois il n’était pas le chef, mais un subalterne.

Avec un certain Miró, catalan bien sûr, il formait une paire dissemblable, lui arpenteur, l’autre assistant. On les chargea de mesurer le niveau du lac du barrage. Tâche idéale pour permettre à mon père de se trouver dans la nature. On aurait dit Don Quichotte et Sancho Panza.(…)

Il rentrait tous les jours à bicyclette. C’était le chemin de la fraternité. Il saluait les uns, discutait avec les autres, ou c’était les voisins qui lui faisaient leurs commentaires : « Señor Rubió, c’est le printemps ? » (…)

Il fut un peu le consul espagnol du barrage, où travaillaient de nombreux compatriotes : des maçons, des toreros, des pharmaciens, des dynamiteurs. S’il montait sur la colline et agitait son béret, c’était le signal d’un danger, et tous fuyaient dans la forêt.

Il attendait l’occasion de montrer sa compétence réelle d’ingénieur. Un jour, on lui donna à calculer la chute de l’eau sur une maquette. Non seulement il donna le calcul de la chute d’eau, mais il réinventa l’hydraulique. (…) « Ils doivent me donner le Prix Nobel ». (…) C’était Don Quichotte. « Quand j’irai à Stockholm, j’exigerai que l’on joue l’hymne catalan. »

Pour aller travailler, il devait faire, à bicyclette, quatorze kilomètres à l’aller et autant au retour. Il devait traverser les étendues désertiques de Saint Paul des Landes. Des volées de corbeaux le suivaient. Il avait peur de tomber là parce qu’il n’y avait aucune maison et très peu de passage. Il avait peur d’être dévoré par les corbeaux.

A force de pédaler, il conçut le premier turbo-réacteur dont je me souvienne. Mais il devait fonctionner au gaz d’œufs pourris, avec toutes les conséquences regrettables que cela avait pour les pauvres piétons qui croisaient une telle élucubration. (…)

Travailler en vue du prix Nobel ou aller chercher du bois sec pour le feu, toute tâche devait être accomplie avec la même passion. Nous, nous ne savions pas que cet homme, ingénieur de métier, nous donnait une leçon artistique.
rubio_bd1

Vieillesse

Il écrivait des comédies (il gagna un accessit lors des Jeux Floraux de la langue catalane), des livres de divulgation philosophique, en vers ou en prose (…). Un jour je l’entendis donner une conférence sur un sujet qu’il connaissait bien : Gaudí. Je fus atterré par le fossé qui le séparait du monde. Tout ce qui n’était pas invention était une perte de temps. (…) Peu à peu il se fit plus petit.

Il se réfugia dans l’élaboration de figurines. (…) C’était des figurines de petite taille parce que lui-même rapetissait.

Il avait découvert dans sa jeunesse que les noms de lieu en Catalogne ont un sens en basque. Arán veut dire « vallée » en basque, et c’est une vallée. Biskarr signifie « montagne », et il existe des monts de Biskarri ; Areztui, « bois », et il y a un village catalan en pleine forêt qui s’appelle Arestuí. Sur une carte des Pyrénées, armé d’une loupe, il approfondissait cette première idée.

A Martínez, dans la banlieue de Buenos Aires, son bureau était tout petit. Il avait là, empilé, tout le prodige de son esprit : livres, comédies, dictionnaires (ses œuvres), figurines. (…) Lorsqu’il rentra à Barcelone, son bureau était encore plus petit. Il avait une fenêtre qui donnait sur le mur d’un puit de lumière. Mais là se trouvaient ses emblèmes, ses citations, son œuvre, son combat, sa croisade.

Il fut dépassé par le voyage des Nord-américains sur la Lune. Il portait toujours sur lui, sur son cœur, je crois, un porte-cartes de cuir noir rempli de petits papiers blancs. (…) Il parlait, et faisait des dessins. (…)

Un jour, le grand marcheur se fatigua, et ne voulut plus marcher.

Un voleur, croyant voler un porte-monnaie, lui vola le portefeuille noir rempli de petits papiers blancs. Il lui vola le cœur, et tous ses projets.

« Je n’ai plus envie de vivre. » On voulait lui prescrire des médicaments mais il n’en accepta aucun. Il essaya de ne gêner personne et il s’excusait de causer du dérangement. (…) Et il mourut. Le jour où on lui donna une médaille, l’assistance lui fit une ovation. Mais lui n’était plus là. Il me laissa en héritage une montre en argent et une figurine de bois représentant le Quichotte. Tout, le temps et les prouesses.
rubio_bd1

Exil en France


Lui nous rejoignit un mois plus tard, malade du scorbut, la maladie de la faim. Il semblait l’ombre de lui-même. Il avait perdu vingt-deux kilos. Après un séjour prolongé au lit, il se fit à l’idée de continuer la lutte. La lutte politique ? Son idée de la politique provenait de credos artistiques non canalisés. Son idée n’était pas transposable à la politique. Son combat ? Traduire Molière en catalan et en vers. Il s’étonnait de l’abondance qui existait en France. Quand les voisins allaient cueillir des cerises, il allait avec eux ; et sur son échelle il inventait un poème sur la cerise, cherchait l’étymologie du mot cerise. Ou autre chose. Son esprit, comme une turbine, tournait sans relâche. (…) Mon père n’avait pas un poil de pédagogie ni de diplomatie. Il parlait à tout le monde comme si son interlocuteur était ingénieur et libéral, comme lui.

Puis survint l’exode. Des Pyrénées descendaient des milliers et des milliers de gens qui fuyaient. Nous hébergeâmes un couple avec un enfant. Il était impossible de prendre en charge tant de désolation. Il y eut aussi un maçon catalan, maire de son village, à qui mes parents offrirent du vin, et à qui, ensuite, ils n’eurent pas le courage de dire de s’en aller. Le maçon et maire voulait retourner en Espagne. Mon père essayait de l’en dissuader. La grand-mère, pour nous « instruire », nous envoya un journal sur lequel figurait le nouveau code pénal de notre patrie. Assis, mon père et le maire le lisaient comme une litanie… Pour avoir occupé une charge dans une municipalité : FUSILLÉ… Pour avoir protégé quelqu’un : FUSILLÉ.

« Respectez la vie des fleurs », c’était l’une de ses devises pour protéger ma petite sœur, Tona, pour qui il avait un faible.

A Céret, où nous nous réfugiâmes, nous escaladions le le pic de Garces et de là-haut nous avions une vue parfaite sur la zone où nous résidions. « Quand tu auras une idée, regarde-la d’en haut. » Ou il me disait : « Anem a escampar la boira » (Allons éparpiller le brouillard, marcher, nous aérer les idées). Et nous partions tous les deux sur les sentiers vers le prodige toujours renouvelé de la nature. (…) Et par ces sentiers nous grimpions les contreforts des Pyrénées, derrière lesquels se trouvait notre patrie.
VOIR AUSSI
LES COLLECTIONS
Mondes contemporains
Pôle de référence national et international pour toute l'histoire européenne des 20e et 21e siècles.

Tanguy Loyzance, Les forces du GUNT, Tchad,1983 © Loyzance
Bibliothèque, centre d’archives, musée
Archives, imprimés, audiovisuels, photographies, objets, ouvrages, peintures, dessins, affiches...

Henri Valensi, Expression des Dardanelles, 1917 © ADAGP 2015
Une documentation internationale
Collections en plusieurs langues sur les pays de l'Est, Etats-Unis, Amérique latine, Europe, Moyen-Orient...

Affiche "Tierra y libertad. Organo de la FAI. ", [1936-1939].
facebooktwitter  English

Horaires et accès

La contemporaine
184 cours Nicole Dreyfus
92 000 Nanterre

Horaires et accès
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites.